[ALBUM] Melody’s Echo Chamber – Melody’s Echo Chamber

Les tops de fin d’année ont régulièrement mis le dernier album de « Tame Impala » en bonne place. Mais ce n’est pas cet album que je m’en vais chroniquer ici mais plutôt celui de sa petite soeur (de coeur ? de sang ?) : Melody Prochet, à la tête de ce superbe « Melody’s Echo Chamber » et de leur premier album éponyme.

Je trouve entre ces deux albums une vraie cohérence dans leur volonté de remettre au goût du jour les envolées psychédéliques que l’on avait eu tendance à oublier ces dernières années. En revanche, face à la maîtrise revendiquée de « Tame Impala », Melody fait le pari de la fraicheur et ça marche !

Pour conclure sur ce parallèle entre les deux albums, écoutez les intros de :

- Tame Impala – Be above it

Image de prévisualisation YouTube

- Melody’s Echo Chamber – Crystallized

Image de prévisualisation YouTube

En partant d’une même base (ce rythme enivrant), là où « Tame Impala » choisit le motif lancinant et trituré à l’extrême (on imagine un DJ derrière ses platines en train de jouer avec les potentiomètres de sa console), « Melody’s Echo Chamber » choisit la ligne claire d’une guitare lumineuse et une basse sautillante.

A l’écoute de cet album, j’ai également fortement pensé au fameux « Haha Sound » de Broadcast (Ah ! Pendulum ! Quel titre !! A écouter ). Ce son si dense, si compact. Cette voix envoûtante. Cette sensation d’un temps suspendu, le temps de l’écoute de l’album.

Cet album est virevoltant ! Ca part dans tous les sens ! Une vrai unité de son (tout en psychédélisme, donc) mais des morceaux très variés : de « Is That What You Said » et ses faux airs de « Four Tet » à « Bisou magique » (il faut en avoir du talent pour réussir à me faire dodeliner de la tête avec des paroles pareilles : « Vite ! Fais moi un bisou magique ! J’ai mal ici et ça pique ! ») en passant par le plus aérien « Endless shore » qu’on imagine bien écouter au bord de l’océan  à la fin de l’été alors que les surfeurs profitent des derniers rayons du soleil, le soir.

Bref, vous l’avez compris, une découverte pour moi !

A suivre « Melody’s Echo Chamber » !

 

 

[ALBUM] Alt-J (Δ) – An Awesome Wave

Cela faisait bien longtemps que je ne faisais plus que parcourir les pages « Rock » des Inrockuptibles. Tout simplement car je n’y trouvais plus mon compte : choix éditoriaux trop prévisibles et coups de cœur sans saveur. En revanche, je continue à trouver leur critiques cinéma très pertinentes (avec, je vous l’accorde, un côté branché un peu agaçant) et j’aime le virage entamé il y a quelques années et qui leur permet désormais de faire la part belle aux sujets politiques et de société.

En revanche, il y a un numéro que je ne rate jamais (en plus, du « Spécial sexe » de l’été ;-) ), c’est le Best-Of de fin d’année et ces innombrables Top ! Et là, surprise ! Cette année, un groupe dont je n’ai jamais entendu parlé a obtenu l’album de l’année 2012. Premier reflexe ? Fumisterie ! Mais parce qu’avoir des a priori c’est mal, je me suis lancé dans l’écoute de l’album.

Et là…ça commence fort ! Le premier titre de l’album logiquement intitulé « Intro » donne le la. L’album sera dense, florissant d’arrangements. Les mélodies s’interrompront régulièrement pour ensuite repartir de plus belles sur d’autres chemins, des contre-allées. Pianos, guitares, clochettes se succèderont, mêlés à la voix pas commune de leur chanteur Joe Newman.

Le single « Tesselate » est également assez emblématique de cet album : Piano martial, ligne de basse entêtante, batterie discrète et complexe, backing vocals, guitares qui soulignent la mélodie, claviers opportuns. Rien n’est laissé au hasard et c’est ce qui pourrait agacer chez Alt-J ! Un album construit en studio, on imagine pendant des mois voire des années entières ! Mais ne nous laissons pas berner par tout ça ! Les mélodies sont là, avec ou sans arrangements !

Voici Breezeblocks en acoustique :


Et Tesselate en studio :

Image de prévisualisation YouTube

Beaucoup d’émotions à l’écoute de l’album ! Je le recommande chaudement.

[VIDEO] ALT-J – Live @ La Route du Rock 2012

En attendant la chronique de leur album sur le blog, allez voir « ALT-J » à la Route du Rock l’été dernier là :

[SINGLES] Top Singles de 2012

[SINGLES] Top Singles de 2012 dans SINGLE topsingles2012

La fin d’année approche et il est l’heure de partager les Tops de fin d’année.

Cette année, j’ai décidé de faire un TOP21 des morceaux qui auront marqué 2012 pour moi. Pourquoi 21 me direz-vous ? Eh bien parce que j’avais fait un TOP20 et que je me suis rendu compte que j’avais oublié un titre essentiel ! Et puis 21, c’est 3×7…

Vous pouvez écouter ce TOP21 sur Grooveshark, je vous ai préparé une playlist :

http://grooveshark.com/#!/playlist/Top+Tracks+2012+St+ve/80966419

 

1. Lescop – La nuit américaine
Une évidence ! Batterie et basse commencent que déjà on hoche doucement la tête…
Puis des paroles (en français) s’égrènent.
Et là…refrain : « Ohoh ! La nuit américaine », accompagné d’une guitare plus qu’entêtante.
Un single. Une évidence.
Plusieurs heures après, on continue à fredonner cet air. Et c’est bon signe.
En revanche : je n’arrive pas à savoir si ce morceau est heureux ou triste.
LE morceau de 2012.

2. Hot Chip – Flutes
Hot Chip, c’est déjà une longue histoire…”Flutes” est sur leur troisième album et c’est un concentré de ce que j’aime chez eux.
Cette intro ! Des voix indistinctes en boucle, une ligne de basse limpide et simple (simpliste ?) puis beats et claviers arrivent. En l’espace de quelques secondes, on se retrouve devant un objet électro complexe. Ajoutez à ça la voix d’Alexis Taylor, toute en sensualité. Et vous obtenez un tube de 2012.

3. The xx – Sunset
Je vais reprendre les termes que j’avais utilisé pour parler de l’album : voix tendres (et quelle alchimie entre ces deux voix !), guitare éthérée, basse omniprésente, beats discrets mais affûtés.
« Sunset » est vraiment emblématique de cet album où les silences sont aussi importants que les sons.
Emblématique de ce « coitus interruptus » que l’on vit à l’écoute du morceau. A 2:11, lorsque la guitare se lance enfin, notre inconscient indé / post-rock imagine déjà une montée lancinante…qui n’aura pas lieu !
Seulement voilà, c’est beau, c’est pur.

4. The Chemical Brothers – Swoon / Star Guitar
En 2012, Les Chemical Brothers (les plus brillants –  les seuls ? – rescapés de l’ère Big Beat des années 1990) sortent un live. Et quel live ! Moins virtuose qu’un « Alive » des Daft Punk mais leurs singles sont tellement imparables qu’il suffit de les apairer pour créer de nouveaux monstres du dancefloor.
Sur ce titre, l’alchimie est parfaite (cf. le blend à 4:40) ! « Swoon » est extrait de l’album « Further », sorti en 2010. « Star Guitar » (un clip mémorable) remonte déjà à 2002 et à l’album « Come with us ».
Des gimmicks parfaits, un mix au format « grand huit ». Idéal pour se déhancher en 2012.

5. Kendrick Lamar – Swimming Pool (Drank)
2011 était l’année de Drake et son album « Take care ». 2012 sera celle de Kendrick Lamar et de son album « good kid, m.A.A.d city » sur lequel figure cet excellent « Swimming Pool (Drank) ».
Basses planantes, beats d’une efficacité imparable.
Et ce flow ! Les couplets coulent…le refrain vous attrape sans plus jamais vous lâcher.

6. Crystal Castles – Plague
Crystal Castles, pour moi et d’autres, ça reste Sid, en boite, dans la saison 2 de “Skins” (à (re)voir ces deux premières saisons, d’ailleurs).
C’est un son à part, unique.
Et ce « Plague » issu de leur troisième album (sobrement intitulé « III », après « II » et « Crystal Castles », ils se foulent pas) est un titre sacrément réussi.
Un titre complètement hédoniste qui d’après les mots de ma propre chronique de l’album donne envie de se retrouver dans le sous-sol d’une boîte glauque de Berlin-est.

7. Beach House Wishes
L’album “In Bloom” de “Beach House” est certainement un des tous meilleurs de 2012. Et les titres accrocheurs se bousculent !Mais c’est ce Wishes que j’adore ! Rythme lancinant, comme souvent chez “Beach House”, voix planante de Victoria Legrand, claviers de tous les côtés, arrangements qui donnent l’impression que le paradis existe et qu’il est à portée de main. Et une guitare solo, à 2:20, qui me rend dingue ! Addictif, “Beach House” !

8. Liars – N°1 against the rush
Liars, au début, en 2001, c’était des sortes de punk ! Plus de dix ans après, ils ont pris un virage électro sur leur septième album intitulé « WIXIW ». Et ce titre ne ressemble à rien d’autre : rythme au bord de l’apoplexie, des nappes de clavier venues de l’espace, une voix hypnotisante (qui me fait vraiment penser à Matt Berninger de « The National » dans les graves), une construction complexe.  Unique quoi !

9. Bat For Lashes – Laura
Une des “jolies” chansons de 2012. Natasha Khan se met à nue (au sens littéral sur la pochette de l’album, d’ailleurs) et revient vers des arrangements plus simple après un album précédent (« Two suns ») plein de faste. Ici, un piano limpide, une voix magnifique et quelques cuivres discrets créent l’émotion.
Attention ! Âmes sensibles s’abstenir…larmes assurées.

10. Lotus Plaza – Strangers
« Lotus Plaza », c’est le projet solo de Lockett Pundt, le guitariste de « Deerhunter » (groupe auteur d’un des meilleurs albums de 2010, « Halcyon Digest »). Et ce que j’aimais chez Deerhunter (des guitares à tomber par terre, parfois denses parfois d’une simplicité confondante), je l’ai retrouvé chez « Lotus Plaza » bien évidemment.
Ce qui m’a surpris en premier, c’est la voix de Pundt : très proche de celle de Luna sur l’album « Pup Tent » de 1997 (ça me rajeunit pas).
Ce qui m’a définitivement convaincu, c’est le final : trois notes de guitare qui démontrent (si besoin) qu’il ne sert à rien d’être un guitar-hero pour écrire de superbes riffs de guitare.

11. Spain – Because Your Love
Ah ! Spain, des revenants ! Le culte “Blue moods of spain” date déjà de 1995 !
Un nouvel album plein de pépites en particulier ce “Because your love” qui parle d’amour (ce qui est toujours le cas chez Spain) et qui a du rythme (ce qui est rare chez Spain)
Ce titre est idéal à écouter pour pleurer de joie quand on vient de trouver l’amour ! Ou pour pleurer tout court quand on vient de le perdre ! Laissez-vous bercer par la douce voix de Josh Haden.

12. The Evens – Wanted Criminals
Pour les fans de Fugazi, impossible de ne pas reconnaitre la patte de Ian MacKaye, leur guitariste. Comme je le disais dans ma chronique de leur album « The odds »,  ce qui est intéressant dans « The Evens » c’est qu’il s’agit de pop. La preuve même qu’on faire de la pop sans renoncer à des idéaux rock.
Dans « Wanted criminals » c’est partciulièrement vrai. Guitare acérée reconnaissable entre mille, voix masculine et féminine entremêlées, entre douceur et revendication.
Et à l’arrivée, un titre mi pop / mi punk.

13. Grimes – Oblivion
Grimes, quand je l’ai découvert, c’était un son nouveau pour moi. Et ça le reste : un son à part. Très 2012 ? L’avenir nous le dira.
Laissez-vous entraîner par ce riff de basse doucement accompagné de claviers envoûtants.
Laissez-vous surprendre par cette voix (ou plutôt ces voix) rapidement suivie de batteries électro martiales.
Voyez comment quelques notes de piano bien senties peuvent faire basculer un morceau vers la poésie absolue.
Reconnaissez l’élégance subtile de l’ensemble.

14. Passion Pit – Carried Away
“Passion Pit” revient en 2012 avec un deuxième album et n’a pas changé la recette. Des morceaux efficaces où des claviers dopés aux hormones font la loi.
Le reste ? Une voix d’éternel adolescent, quelques arrangements grandiloquents et un refrain pour sauter partout en chantant. Et tout l’album est du même acabit !
Un morceau idéal pour passer en 2013 ?

15. Cat Power – 3,6,9
Chan Marshall est de retour, assagie nous dit-on. Apaisée, c’est certain. Son album s’appelle « Sun »et nous livre quelques jolis rayons comme ce « 3,6,9 ».
Seulement voilà, même si les morceaux sont plutôt gais, les vieux démons de Chan sont toujours là et ce titre parle d’addiction à l’alcool :  « 3,6,9 – you drink wine – monkey on your back, you feel just fine ».
Malgré ça, écouter « Cat Power » en 2012, ça file le sourire ! Et ça, c’est nouveau !

16. Foals – Inhaler
Leur troisième album est en préparation mais Foals alimente la toile avec quelques teasers dont ce musclé « Inhaler ». Et on se dit que 2013 pourrait être au top pour la bande d’Oxford.
C’est imparable, ça oscille entre (très) gros son et guitares classieuses. Quant à Yannis Philippakis, il continue à jouer avec sa voix, aller toujours plus loin pour notre plus grand plaisir.
En concert, ça va donner !

17. Atoms For Peace – Default
Alors comme ça Thom Yorke à crée un nouveau groupe ? À la base, c’était son groupe de scène lors de la tournée qui a suivi la sortie de The Eraser, son album solo ? Y’a Nigel Godrich dedans ? Et Flea des Red Hot Chili Peppers ? Sérieux ?
Oui, sérieux !
Faut dire que jusqu’à la sortie récente de leur single Default on n’avait pas grand chose à se mettre sous la dent.
Eh bien ça a changé ! Car Default vaut le détour. Et pas seulement pour la voix de Thom Yorke dont décidément on ne se lasse pas. Également pour ses percussions. Et ses nappes de synthés qui s’enchevêtrent.

18. Blank Mass – White Math
C’est en me renseignant sur la première partie de Sigur Ros en concert au Bikini à l’automne dernier que j’ai découvert Blanck Mass. J’ai ensuite appris qu’il s’agissait du projet solo de Benjamin John Power, un des membres de « Fuck Buttons ».
Je suis tombé sur ce single et là : 11 minutes d’une piste qui vous amène d’un point A (pour Ambient ? Car ça me rappelle énormément les Ambient Works d’Aphex Twin) à un point B (pour Beats car il faut bien avouer quand sans ces rythmes savamment distribués les nappes de synthés ne seraient rien).
C’est plus easy-listening (au bon sens du terme) que « Fuck Buttons ». Leur son est définitivement ancré en 2012. C’est la BO idéale pour marcher dans une grande ville au début de l’automne.

19. Bloc Party – Day Four
Le quatrième album de « Bloc Party » est le bien nommé « Four ». Et je trouve ce « Day Four » particulièrement lumineux. Simple dans sa construction : les couplets défilent, le refrain reste gravé, un premier pont à 2:23 puis un second à 2 :51 (très Radiohead-esque, période « The king of limbs »). Alors que parfois, sur le reste de l’album, l’énergie semble un peu vaine (contrairement à l’époque de l’excellent « Silent Alarm »), ici on se trouve face à un « Bloc Party » calme, sûr de ses lignes mélodiques.

20. Chromatics – Into the Black
C’est l’histoire d’un groupe que tout le monde a découvert dans la scène d’introduction de « Drive » (la meilleure du film) sans le savoir. Le titre s’appelait « Tick Of The Clock » est joue un rôle majeur dans la dramaturgie de la scène. L’histoire d’un groupe qui décide de reprendre le superbe et énergique « Hey hey my my » de Neil Young et d’en faire l’introduction de leur album-fleuve « Kill For Love ». Cette reprise est superbe (ce faux rythme, ces claviers lancinants et cette voix !) et donne le ton d’un album magnifique.

21. Angel Haze – Werkin’ Girls
Le genre de morceau que Marlo aurait écouté, au volant de son 4×4 dans « The Wire » en roulant, toutes vitres ouvertes, dans les banlieues de Baltimore. Basses qui tabassent, un flow tranchant (la relève de Missy Elliott est là et ce n’est pas la vulgaire Nicki Minaj, c’est Angel Haze !) et à l’arrivée : un grand titre de hip-hop, ni east ni west coast mais les deux à la fois !

[SINGLE] The Smashing Pumpkins – Set The Ray To Jerry

Attention ! Single entêtant !

Du genre qui va hanter vos jours et vos nuits (à la manière d’un « I know » de Placebo).

Découvert très récemment, à l’occasion de la sortie d’un coffret « Mellon Collie & The Infinite Sadness » (qui m’a permis de réécouter ce chef d’oeuvre des années 90) avec 3 disques de bonus divers et variés (démos, instrumentaux, versions intermédiaires, faces B,…) dont l’écoute m’occupe pas mal ces temps-ci.

Seulement voilà ! Entre deux pistes qui permettent de redécouvrir des titres tels que « Thru the eyes of Ruby » en acoustique ou une version brouillonne (mais déjà pleine d’énergie) de « X.Y.U », voilà un joli petit bijou que je connaissais pas :

Image de prévisualisation YouTube

[ALBUM] The Evens – The odds

C’est déjà le troisième album de « The Evens », le groupe que forme Ian MacKaye (ancien leader des excellents Fugazi) avec sa compagne.

Leur premier album (éponyme) m’avait interpelé à l’époque mais je dois dire que ce troisième opus est particulièrement réussi.

Pour les fans de Fugazi (l’efficace « Cash Out », l’instrumental « Combination Lock » ou encore l’imparable « Do you like me? » – attendez que la batterie commence et vous verrez de quoi je parle), vous reconnaitrez la patte de Ian MacKaye. Bon dieu que j’aime ces guitares ! Sharp like a razor blade !

Ce qui est intéressant dans « The Evens » c’est qu’il s’agit de pop.

La preuve même qu’on faire de la pop sans renoncer à des idéaux rock.

Des mélodies efficaces, un son simple. Mais un son reconnaissable entre mille. Les voix masculine et féminine s’entremêlent, entre douceur et revendication. L’alchimie entre guitare et batterie se sent à chaque instant.

Un extrait pour se faire une petite idée de l’album, « Wanted Criminals » :

Image de prévisualisation YouTube

Ou encore « This other thing » :

Image de prévisualisation YouTube

A écouter d’urgence.

[ALBUM] Crystal Castles – III

Fin 2012, le nouveau Crystal Castles sort enfin.
Et c’est une excellente nouvelle car il est sacrément réussi !
Leur premier album avait intrigué : c’est quoi ces sons tout droit sortis de claviers trafiqués aux amphétamines ? Et cette voix braillarde ?
Leur deuxième n’avait pas laissé indifférent : mélodies implacables (toujours un son passé au papier de verre, je vous rassure)…l’album qui les a rendu « bankables ».
Et leur troisième alors ? Eh bien, c’est le meilleur à ce jour et de loin. L’hédonisme craneur de « Plague » (qui donne envie de se retrouver dans le sous-sol d’une boîte glauque de Berlin est, non ?) côtoie la beauté candide d’un « Child I  will hurt you ». Et si quelqu’un vous demande à quoi ressemble Crystal Castles faites lui écouter « Affection ».
Un album maîtrisé de bout en bout : quelle variété de sons distendus…Ethan Kath au sommet de son art ! Et la voix d’Alice Glass parcourt une palette jamais encore envisagée par le groupe.

Tournée en France début 2013. J’y serai.

[ALBUM] Godspeed You ! Black Emperor – Allelujah ! Don’t bend ! Ascend !

Godspeed…un groupe qui a marqué les esprits au début des années 2000 avec la sortie de leur « Lift your skinny fists like antennas to heaven ».
Un style personnel…le post-rock personnifié.
Un label canadien en plein essort… »Constellation ».
Des morceaux d’un quart d’heure telles des montagnes russes.
Un son reconnaissable entre mille.
Et puis plus rien après leur « Yanqui U.X.O. » de 2002 (produit par Steve Albini).
Silence radio.

Et là, il y a quelques semaines, sortie d’un nouvel album de GYBE !
Stupeur !
Où en sont-ils 10 ans après ?
Eh bien, coupons court à tous les fantasmes les plus fous : là où on les avait laissés. Ils n’ont pas eu la classe d’un Portishead qui revient plusieurs années après avec un troisième album neuf, du Portishead mais neuf.
Quatre morceaux. Deux d’une vingtaine de minutes. Deux plus courts, en guise de transition.
Et le style GYBE! Reconnaissable entre tous. De lentes montées entêtantes. Des gimmicks de guitare planante. Des percussions se dévoilant au fil de la piste.

La bonne nouvelle ? Ils n’ont rien perdu.
La mauvaise ? Ils n’ont pas avancé.

Vous ne perdrez pas votre temps en écoutant cet album car le titre « Mladic » est accrocheur.
En revanche, la sortie de cet album a surtout été pour moi l’occasion de réécouter les plus anciens « f#a#oo » et « Slow riot for new zero Kanada ». Et de me rendre compte à quel point ces albums m’ont marqué au début des années 2000.

[ALBUM] Bat For Lashes – THe Haunted Man

Le nouvel album de « Bat For Lashes » est sorti. Il s’intitule « The Haunted Man ».

Toujours la même voix envoutante de la jolie Natasha Khan (pour les plus fans, elle pose – nue – sur la pochette de l’album confirmant mon avis très personnel sur la frange : ça ne va à personne !), toujours les arrangements sublimes (et moins tape-à-l’oeil que sur le précédent album « Two Suns »).

Un album tout en élégance. Hanté parfois (comme ses précédents). Dense souvent (Natasha n’a pas peur des claviers omni-présents, des basses profondes, de la reverb sur sa voix).

Et un certain nombre de titres entreront dans votre crâne pour ne plus jamais en sortir !

Vous verserez peut-être une petite larme, comme moi, en écoutant l’introduction de « Laura ».

Voici un petit sampler de l’album sur Youtube :

Image de prévisualisation YouTube

 

[SINGLE] Kendrick Lamar – Swimming Pool (Drank)

Drake n’a qu’à bien se tenir ! Kendrick Lamar vient de sortir l’album « good kid, m.A.A.d city » sur lequel figure cet excellent « Swimming Pool (Drank) ».

Basses planantes, beats d’une efficacité imparable.

Et ce flow ! Les couplets coulent…le refrain vous attrape sans plus jamais vous lâcher.

A écouter d’urgence là :

Image de prévisualisation YouTube

 

PS : Merci Lionel pour la découverte

123456



RADIO BEAUCHASTEL |
Ralassbirecordz12 |
Vocalibre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rock And Boude
| Labamba42
| blog.00